Le Conseil de conservation exhorte le N.-B. à tenir sa promesse concernant les incitatifs pour les véhicules électriques

Le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick accueille à bras ouverts l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement fédéral de ramener à 2035 (au lieu de 2040) l’échéance de son engagement de vendre uniquement des véhicules à zéro émission au Canada, avec des cibles intermédiaires obligatoires pour 2025 et 2030. 

Bien que le gouvernement fédéral aurait pu fixer cet objectif obligatoire durant la décennie actuelle, Louise Comeau, directrice du programme Solutions pour le changement climatique et l’énergie du Conseil de conservation, a déclaré qu’il était temps que le Nouveau-Brunswick prenne aussi les mesures nécessaires pour tenir sa promesse de vendre plus de véhicules électriques dans notre province. 

« Nous sommes à la traîne », a-t-elle constaté. « Dans le Canada atlantique, le Nouveau-Brunswick est maintenant la seule province à ne pas avoir d’incitatif pour les véhicules électriques. Cela fait maintenant cinq ans que le gouvernement promet un incitatif. Il est temps de traduire cette promesse dans les faits. »

Tous les voisins du Nouveau-Brunswick — la Nouvelle-Écosse, l’Î.-P.-É., Terre-Neuve et Labrador, le Québec et le Maine — offrent un rabais à l’achat d’un véhicule électrique. La plupart sont de l’ordre de 2 500 $ à 3 000 $.

Dans son plan d’action pour le climat, la province s’engage à faire en sorte que 2 500 véhicules électriques roulent ses routes en 2020, et 20 000 en 2030. Elle dispose d’une recette de 36 millions de dollars tirée de la tarification du carbone.

« Il est temps que le Nouveau-Brunswick consacre ses recettes issues de la tarification du carbone à un incitatif visant à promouvoir la vente de véhicules électriques et à réduire les émissions provoquées par le transport. La cible de la province concernant les véhicules électriques est inadéquate, et nous ne sommes pas près de l’atteindre, et de loin », s’est insurgée Louise Comeau.

Il serait possible d’atteindre l’objectif du Conseil de conservation d’avoir entre 140 000 et 150 000 véhicules électriques sur les routes d’ici à 2030 grâce à des incitatifs et à des règlements visant à éliminer la vente de véhicules à moteur à combustion interne.

Les émissions issues du transport routier, qui comprennent les véhicules familiaux, le transport public, les camions à ordures et les camions de transport, représentaient 23 % des 12,4 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre émises par le Nouveau-Brunswick en 2019 (les voitures et les camions légers en génèrent près de 70 %). 

« Il n’est pas juste que les Néo-Brunswickois qui veulent acheter un véhicule électrique aient moins d’aide pour le faire que les résidents d’autres régions ou parties du pays. Nous devons faciliter l’achat de véhicules électriques et encourager les concessionnaires de notre province à en promouvoir davantage la vente. »

-30-

Pour plus d’information, ou pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Jon MacNeill, directeur des Communications, Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick | jon.macneill@conservationcouncil.ca | 506-238-3539

Share this Post

Retour haut de page