Conservation des aires marines

This post is also available in: Anglais

Depuis la création de son Programme de conservation des aires marines, en 1990, le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick (CCNB) fait figure de chef de file du maintien de la santé des écosystèmes de la baie de Fundy et des milieux marins qui longent les côtes du Nouveau?Brunswick, jusqu’au Golf du Maine.

Le CCNB a été le premier à sensibiliser à grande échelle les citoyens, d’autres organisations environnementales et des institutions gouvernementales aux menaces de la pollution et aux autres défis auxquels sont confrontés les habitats marins de la région; grâce aux initiatives continues et ciblées entreprises au cours des 25 dernières années dans le cadre de son Programme de conservation des aires marines, il a joué un rôle crucial dans l’élaboration de solutions et de systèmes de contrôle de niveau supérieur de la pollution.

BALEINES, EAU ET LA BAIE DE FUNDY

Humpback whale, Megaptera novaeangliae, in the Bay of Fundy, Canada. November 2016.

Le Programme de conservation des aires marines est né d’une profonde appréciation des merveilles de la baie de Fundy, et d’une préoccupation croissante face aux répercussions de l’activité industrielle sur son écosystème.

À la frontière du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’État du Maine, la baie de Fundy est le moteur des collectivités côtières des deux côtés de la frontière : elle est à l’origine de milliers d’emplois dans les domaines des pêches et du tourisme, et constitue un panier alimentaire vital pour le Golf du Maine.

Caractérisée par les plus hautes marées du monde, des marais salants à perte de vue et de riches zones de remontée, la baie abrite une foule de dauphins, de marsouins, de poissons et de phoques, et se pare de vastes étendues de zones côtières non développées qui accueillent chaque année plus d’un million d’oiseaux de rivage migrateurs et soutiennent certains des plus grands récifs à modioles du monde ainsi que jusqu’à 12 espèces de baleines, dont des baleines noires de l’Atlantique nord, l’une des espèces les plus menacées de la planète.

Il n’en reste pas moins que, durant des décennies, ce milieu vital a été privé de la protection nécessaire à la préservation de sa santé : des sources de pollution encerclaient ses côtes, le développement industriel et la multiplication des coupe-marées ont provoqué une grave disparition de l’habitat ainsi qu’une crise des pêches qui a affecté de nombreuses collectivités dépendantes du système de la baie de Fundy et du Golf du Maine.

Dans le cadre de son Programme de conservation des aires marines, le CCNB a remédié à ces problèmes en effectuant des recherches rigoureuses, en tissant des relations porteuses avec des groupes clés, tels que des associations de pêcheurs et de pêcheries, des organismes et des ministères gouvernementaux, des collectivités côtières et des fondations axées sur la préservation et la restauration des habitats naturels ainsi qu’en affectant le personnel nécessaire pour obtenir des résultats à long terme.

LE NETTOYAGE D’UN SYSTÈME VITAL

L’un des volets les plus couronnés de succès et les plus anciens du Programme de conservation des aires marines est celui qui touche la dépollution de la baie de Fundy.

En 1994, le CCNB a publié Turning The Tide, un important rapport qui concluait la première analyse globale de la santé de l’écosystème de la baie en signalant les principales sources de pollution et en informant avec fermeté les décideurs, les pêcheurs et les citoyens du problème.

Au fil des ans, et avec la pression constante du Programme de conservation des aires marines, les sources de pollution ont été traitées et ne sont plus actives aujourd’hui. L’une des initiatives les plus vastes et les plus importantes concernait le nettoyage des égouts du port de Saint John, une campagne de plusieurs décennies chapeautée par le CCNB.

Membre de la Waterkeeper Alliance, la sentinelle de la baie de Fundy a été incluse au programme en 2003 pour réaliser des recherche sur l’eau et contrôler la baie de Fundy, éliminer d’importants déchets de l’eau et des rives et travailler avec des membres de la collectivité et des groupes de pêcheries en vue de promouvoir la santé du milieu marin.

DES PÊCHERIES DURABLES POUR DES COLLECTIVITÉS DURABLES

Lobster_fisher_BoF

Grâce à ces solides relations, les responsables du Programme de conservation des aires marines ont été en mesure de jouer un rôle de premier plan dans le suivi de la santé des ressources halieutiques et de travailler avec des parties prenantes pour déterminer des méthodes responsables de gestion des ressources marines.

Lorsqu’une crise des pêches s’est soldée par le moratoire de la morue du Nord de 1992, le CCNB a expliqué aux collectivités les causes de cette crise et proposé des modèles de gestion différents dans un document intitulé  Beyond Crisis In The Fisheries: A Proposal for Community-based Ecological Fisheries Management. (Au-delà de crise : proposition pour une gestion écologique des pêches communautaires).

Ce travail n’est qu’un seul exemple de la fonction de médiateur du CCNB, qui a fait en sorte que le milieu scientifique et les associations de pêcheurs du Nouveau?Brunswick, de la Nouvelle?Écosse et du Maine collaborent dans le cadre du concept de la création de pêcheries durables pour des collectivités durables.

Lorsque des piscicultures ont envahi la baie de Fundy par centaines dans les années 1980, le CCNB a été la première organisation de la région à préconiser des pratiques aquacoles durables et, pointant du doigt la crise qui paralysait les eaux de la Norvège à ce moment-là, a averti les parties concernées de ce qui arriverait si l’industrie continuait ses activités sans règlement pertinent dans la baie.

Au fil des ans, le personnel du programme a acquis une expertise scientifique pratique de cette industrie et publié deux grands rapports sur les problèmes liés à l’aquaculture dans les eaux côtières du Nouveau-Brunswick, ainsi que sur les solutions potentielles, et continue de contrôler les pratiques actuelles et de promouvoir des solutions de rechange responsables.

RESTAURER L’HABITAT

Wild Atlantic salmon. Photo: Nick Hawkins

Une autre contribution fondamentale du Programme de conservation des aires marines a été l’évaluation de la disparition d’habitats essentiels et l’établissement de possibilités de restaurer ces aires vitales sur le plan écologique dans la baie de Fundy et le long de la côte est du Nouveau-Brunswick.

Les résultats des recherches du CCNB concernant les coupe-marées ont suscité plusieurs projets de restauration de rivières dans la province; à cet égard, certaines initiatives du Programme de conservation des aires marines ont récemment été couronnées du succès à la rivière Petitcodiac, sans oublier le retour des gaspareaux dans la rivière St. Croix.

Au milieu des années 1990, le CCNB a collaboré avec deux fondations américaines à la réalisation d’un important projet visant à évaluer et à restaurer le Golf du Maine canadien. Ce projet a donné lieu au lancement de la campagne d’une décennie visant à faire en sorte que l’estuaire de la baie de Fundy le moins préservé sur le plan écologique soit désigné aire marine protégée; cette initiative, qui a nécessité la collaboration d’associations de pêcheurs régionales et de ministères gouvernementaux, a été approuvée en 2006.

Depuis, la sentinelle de la baie de Fundy a organisé chaque année un excursion en canot ouverte au public sur l’estuaire de la Musquash pour donner à de nouveaux visiteurs l’occasion de rendre hommage à la richesse de la vie de nos marais salants et de se rendre réellement compte de la nécessité de les protéger.

UN AVENIR À ÉCRIRE

Ce ne sont là que quelques campagnes et projets entrepris à ce jour dans le cadre du Programme de conservation des aires marines du CCNB. Il y aurait de nombreuses autres histoires à relater et il y en aura encore bien d’autres.

Comme la fondatrice du programme, Janice Harvey, le dit : « Les victoires arrivent après 10 ans. Elles prennent souvent du temps, et il faut en entretenir les résultats. D’où l’avantage d’avoir une organisation de longue date comme le Conseil de conservation, qui se démarque par sa continuité et son uniformité et possède la persévérance nécessaire pour mener à bien ses projets jusqu’au bout. »