Envoyez votre lettre pour protéger le bassin de la Nashwaak des déchets de la mine de Sisson

This post is also available in: Anglais

Les Néo-Brunswickois ont une dernière occasion de dire au gouvernement fédéral de ne pas inclure les ruisseaux porteurs de poissons à la liste des dépotoirs de la mine de Sisson.

Les entreprises à l’origine de la mine proposée ont amorcé les dernières étapes de la demande d’autorisation de déverser des déchets miniers dans des segments du ruisseau Bird et dans un affluent du bras occidental du ruisseau Napadogan, qui sont tous deux des cours d’eau porteurs de poissons du bassin vierge de la Nashwaak. Le public a jusqu’au 18 mars 2019 pour soumettre ses observations ou ses craintes à Environnement Canada avant que le gouvernement fédéral prenne sa décision.

Pour ce faire, nous vous avons facilité la tâche. Il vous suffit d’utiliser l’outil de rédaction de lettre ci-dessous pour envoyer notre lettre préalablement rédigée (que vous pouvez modifier librement) à Environnement Canada.

Vos observations seront envoyées à Environnement et Changements climatiques Canada, à ec.mmer-remm.ec@canada.ca

À
Votre nom (requis)
Votre nom de famille (requis)
Votre adresse (requis)
City (required)
Votre province (required)
Votre code postal (requis)
Votre courriel (requis)
Objet
Your Message (feel free to edit, and please sign your name at the bottom)

VOICI LES RAISON POUR LESQUELLES VOUS DEVEZ ENVOYEZ VOTRE LETTRE

Depuis de nombreuses générations, des familles de Napadogan à Stanley, de Taymouth à Marysville, et de nombreuses régions intermédiaires se rassemblent aux abords de la rivière Nashwaak et de ses magnifiques affluents pour nager, pêcher, pagayer et, bien sûr, récolter des crosses de fougères fraîches.

Or, ce patrimoine est aujourd’hui menacé par la construction proposée d’une vaste mine à ciel ouvert et d’une installation de traitement des résidus dans les cours supérieurs de ce bassin vierge.

La digue à stériles proposée dans le cadre de la mine Sisson pour contenir les déchets miniers durant et après les 27 années d’exploitation de la mine serait deux fois plus haute et huit fois plus longue que la digue de Mactaquac, et serait conçue sur le même modèle que le système qui s’est écroulé en août 2014 à la mine de Mount Polley, en C.-B., pour ensuite détruire le bassin en aval et son important habitat de saumon sockeye.

Mount Polley tailings dam breach, B.C.

Suite à une évaluation environnementale provinciale, ce projet a été approuvé en décembre 2015 par la province, sous réserve de 40 conditions, puis par le gouvernement fédéral en juin 2017. Les promoteurs du projet Sisson, qui est maintenant la propriété de Northcliff Resources et de Todd Minerals Ltd., procèdent actuellement à l’étape réglementaire du projet.

S’ils sont approuvés, les amendements proposés par les promoteurs du projet à l’Annexe 2 du Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers et à son application pour que leur projet soit autorisé en vertu de la Loi sur les pêches entraîneraient le déversement de déchets miniers dans des portions de cours d’eau porteurs de poissons, ce qui provoquerait la destruction du Ruisseau Sisson et affecterait considérablement des segments des ruisseaux McBean et Bird, le ruisseau Napadogan inférieur ainsi qu’un affluent sans nom du bras occidental du ruisseau Napadogan. Une telle entreprise aurait des répercussions sur le saumon atlantique, les truites de rivière, les anguilles d’Amérique,qui sont une espèce menacée, ainsi que sur des ruisseaux affluents.