fbpx

Pour transformer le secteur de l’électricité, le Nouveau-Brunswick a besoin d’une approche par portefeuille, et non pas de pressions politiques d’investir dans des PRMN non éprouvés

Les énergies solaire et éolienne, l’entreposage énergétique, l’efficacité énergétique et les interconnexions de transmission sont la meilleure voie vers la sécurité énergétique, affirme le Conseil de conservation

Territoire ancestral des Abénaquis/Fredericton — Le Nouveau-Brunswick peut construire aujourd’hui un système électrique sécuritaire, abordable et durable sans parier sur la technologie risquée et non éprouvée des petits réacteurs modulaires nucléaires.

C’est le message que Louise Comeau, Ph.D., directrice des solutions climatiques et Moe Qureshi, gestionnaire des campagnes et des politiques sur le climat, a transmis aux membres du Comité permanent des changements climatiques et de l’intendance de l’environnement, qui tient cette semaine des audiences sur les petits réacteurs modulaires nucléaires et l’action climatique. 

Mme Comeau explique que l’investissement dans un portefeuille d’options d’approvisionnement en électricité est essentiel à la gestion du risque lié à la transition électrique à moindre coût. Si la transition visant à éliminer les combustibles fossiles de la production d’électricité au cours de la prochaine décennie est essentielle à l’action climatique, il en va de même du remplacement de cette énergie au coût le plus avantageux pour les contribuables et l’environnement. 

« Nous risquons une ingérence politique qui sape la Loi sur l’électricité », met en garde Louise Comeau. « Alors que la Commission de l’énergie et des services publics (CESP) examine aussi la demande faite cette semaine par Énergie NB de procéder à une augmentation de 8,9 %, il est important de voir le lien entre les audiences sur les PRMN et les audiences de la CESP sur l’augmentation de tarif. » 

Pour ce faire, selon Mme Comeau, nous devons tenir compte des leçons tirées de l’expérience du Nouveau-Brunswick avec la centrale de Point Lepreau. 

La centrale nucléaire de Point Lepreau se révèle être une source dispendieuse et non fiable par rapport aux attentes d’Énergie NB après sa remise en état. La CESP avait pourtant établi que cette remise en état n’était pas dans l’intérêt du public, mais le gouvernement a ignoré l’avis de la Commission. 

Résultat : Énergie NB encoure des coûts en capital  plus élevés que prévu, brûle plus de combustibles fossiles sales et dispendieux que ce qu’elle devrait, paie plus de taxe sur le carbone que nécessaire et achète des énergies dispendieuses sur le marché libre pour répondre à la demande lors des périodes de pointe hivernales. 

« Nous risquons de répéter certaines erreurs avec les PRMN, qui sont une technologie non éprouvée promue sous le faux prétexte du développement économique », prévient MmeComeau. « La mission d’Énergie NB n’est pas de promouvoir le développement économique, mais de produire de l’énergie fiables, abordable et durable. »  

Selon Moe Qureshi, un expert en énergies renouvelables, une politique énergétique intelligente associée à des investissements agressifs dans les rénovations domiciliaires éconergétiques permettrait d’assurer l’abordabilité de l’électricité pour les Néo-Brunswickois dont le revenu est faible à modéré. 

« Si nous faisons les bons choix aujourd’hui, nous pourrons instaurer au Nouveau-Brunswick un système électrique idéal pour protéger les citoyens de coûts énergétiques exorbitants, et fournir, en temps opportun, une énergie fiable et sécuritaire; le meilleur système aussi pour nous protéger, nous-mêmes et les générations à venir, des effets du changement climatique, car il n’aggravera pas le problème », soutient M. Qureshi.

LIENS

  • Voir l’exposé du Conseil de conservation, dont notre liste complète de recommandations, ici.
  • Pour en savoir davantage sur notre Vision pour une électricité abordable, fiable et durable au N.-B., cliquez ici.

-30-

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Jon MacNeill, directeur des Communications | jon.macneill@conservationcouncil.ca

506-238-3539

Share this Post

Retour en haut