Le rapport du GIEC appuie le besoin urgent de réduire rapidement les émissions, de réformer le système énergétique et de protéger la terre et la mer alors que le Nouveau-Brunswick met à jour son plan d’action climatique.

Terre ancestrale des Abénaquis/Fredericton  — Les dirigeants du Nouveau-Brunswick chargés de mettre à jour le plan d’action pour le climat doivent tenir compte de l’appel urgent à la réduction rapide des émissions et à la protection accrue de la nature lancé dans le dernier rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Selon les auteurs du rapport intitulé Climate Change 2022: Impacts, Adaptation and Vulnerability (Changement climatique 2022 : Effets, adaptation et vulnérabilité) publié le 28 février, les répercussions déjà énormes du changement climatique s’intensifieront et deviendront plus mortelles si les gouvernements du monde ne diminuent pas les émissions de gaz à effet de serre de façon plus radicale que ce que prévoient les engagements actuels.

Les scientifiques qui ont compilé ce rapport dépeignent le tableau mondial d’une histoire que l’on raconte déjà ici dans le Canada atlantique. 

L’année dernière, le gouvernement fédéral a publié le Chapitre sur le Canada atlantique de sa série Vivre avec les changements climatiques au Canada. Par leur recherche, des scientifiques canadiens contribuent au 6e rapport d’évaluation du GIEC. Nous savons que les Canadiens sont confrontés à des phénomènes climatiques extrêmes, tels que des vagues de chaleur, des inondations, des périodes de sécheresse et des feux de forêt. Nous savons que ces phénomènes, de plus en plus fréquents, intenses et durables, nuisent aux personnes, aux infrastructures et au monde naturel. 

Dans la région atlantique, nous subissons déjà un réchauffement hivernal plus intense que d’autres régions et nous risquons une augmentation du niveau de la mer supérieure à la moyenne mondiale. Une montée du niveau de la mer égale ou supérieure à un mètre représente un risque plus important pour les communautés côtières. Des précipitations hivernales et printanières plus fortes augmentent les risques liés aux inondations des terres. Le taux de réchauffement relevé dans le Golf du Maine et la baie de Fundy est parmi les plus élevés au monde. La santé physique et mentale est menacée, de même que nos ressources naturelles et notre infrastructure critique.

Louise Comeau, Ph.D., directrice du programme Solutions pour le changement climatique et l’énergie, estime que le temps des rapports et des cartographies est révolu. Le gouvernement provincial est tout à fait conscient des risques que courent les Néo-Brunswickois à cause du changement climatique. Il a récemment publié son propre outil de cartographie des risques d’inondation

« De Lameque à Shediac en passant par Shippigan, et de l’isthme de Chignectou à Saint Andrews en passant par les communautés le long de la rivière St. John, les Néo-Brunswickois sont menacés », déplore Louise Comeau. « Cependant, le gouvernement doit fixer les règles et les normes nécessaires pour éviter les lieux dangereux et empêcher les projets d’aménagement dans les endroits connus pour être à risque.

« Le message du GIEC est clair : tout report est irresponsable. Un report mettrait la vie des gens en danger. Nous devons nous préparer maintenant pour que les infrastructures, les systèmes naturels, les collectivités et les Néo-Brunswickois puissent faire face au changement climatique. En même temps, nous devons transformer nos systèmes énergétiques au cours des dix prochaines années afin de mettre fin à la pollution qui déstabilise notre climat et accroît d’autant plus la menace qui pèse sur nos systèmes naturels et sur les personnes qui en dépendent », insiste Louise Comeau.

Les gouvernements du monde entier doivent intensifier leurs efforts et toutes les administrations doivent faire leur part. Au Nouveau-Brunswick, cela signifie réformer notre système énergétique pour atteindre 80 % d’énergies renouvelables d’ici à la fin de la décennie, et étendre à grande échelle les programmes qui aident les citoyens à faire des économies et à réduire la consommation énergétique, des incitatifs aux infrastructures en passant par les initiatives visant à faire des véhicules électriques une option plus abordable pour les citoyens et les programmes qui aident les Néo-Brunswickois à faible revenu à remplacer de vieilles fenêtres et de vieilles portes et à isoler leur maison grâce à des rénovations éconergétiques d’envergure.

Matt Abbott, directeur du Programme de protection marine du Conseil de conservation, affirme qu’une meilleure protection de la nature, terre et mer, doit être au centre du plan d’action pour le climat du Nouveau-Brunswick.

« Lorsque nous protégeons la nature, des forêts aux côtes, nous protégeons aussi nos communautés et leur capacité de résister aux répercussions du changement climatique », explique Matt Abbott.

« Nous savons que la baie de Fundy est l’une des étendues d’eau qui se réchauffe le plus rapidement au monde et que le changement climatique, de la montée du niveau de la mer à l’acidification des océans, en passant par l’érosion côtière, aura un effet catastrophique sur les communautés côtières qui jalonnent la baie de Fundy et le détroit de Northumberland. »

« Le rapport du GIEC est simplement le dernier avertissement qui nous rappelle que nous devons agir plus rapidement pour réduire la pollution à l’origine du déséquilibre climatique si nous voulons protéger la subsistance des pêcheurs et des communautés côtières qui dépendent de la santé des océans. »

-30-

À propos des rapports d’évaluation du GIEC

Des experts offrent bénévolement de leur temps à titre d’auteurs pour le GIEC afin d’évaluer les milliers d’articles scientifiques publiés chaque année pour faire un résumé global de ce que l’on sait sur les moteurs du changement climatique, sur ses répercussions ainsi que sur les risques à venir et sur la façon dont l’adaptation et à l’atténuation peuvent réduire ces risques. Les évaluations du GIEC offrent à tous les paliers de gouvernement des renseignements scientifiques qu’ils peuvent utiliser pour élaborer des politiques sur le climat. Les rapports du GIEC sont rédigés et examinés en plusieurs étapes de sorte à garantir l’objectivité et la transparence.

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Jon MacNeill, directeur des communications | jon.macneill@conservationcouncil.ca | 506-238-3539

Share this Post

Retour haut de page